Yellow and Green Travel Portfolio Websit

Le MAG

Sur les traces des Rêveurs

72h à Istanbul

A trois heures et trente de minutes de vol de Paris, l’ancienne Constantinople, capitale byzantine et ottomane, est une ville séculaire pleine d’histoire. Située sur le Bosphore, elle joue, depuis l’Antiquité, un rôle majeur dans les relations entre les civilisations occidentales et orientales. Celles-ci se sont confrontées, opposées et confondues pour créer un véritable melting-pot ethnique et culturel particulièrement appréciable. Siècle après siècle, la ville n’a eu de cesse d’attirer les voyageurs en quête de découvertes ; ceux-ci viennent admirer des sites de renommée mondiale (la Basilique Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue ou encore le Palais de Topkapi), goûter les spécialités gastronomiques locales pleines de saveurs (Mercimek Çorbası, Dolma, Börek), ou encore en profiter pour faire du shopping (Akmerkez, le Grand Bazar).

Rêves lointains vous propose une visite guidée de 72h au cœur d’Istanbul.

Jour 1

La première journée à Istanbul sera consacrée à la découverte du coeur historique de la ville, l’un des quartiers les plus fabuleux d’un point de vue historique et culturel : Sultanahmet.

9h00 - Palais du Topkapi

Entre 1459 et 1465, le sultan Mehmet II décide d’ériger le Palais de Topkapi, littéralement « Le palais de la porte des Canons » sur le site de l’ancienne acropole de Byzance. Le palais devient alors la résidence des sultans jusqu’au début de la seconde moitié du 19ème siècle. Sur près de 70 hectares, le palais se compose de quatre cours : celle des Janissaires, la cour des Cérémonies, le palais Intérieur ainsi que celle du sofa impérial, ainsi que du harem impérial. Construit au cours du 16ème siècle celui-ci constitue l’agrandissement le plus important qu’a connu le Palais. Cœur de pouvoir, le palais des mille et unes merveilles a été durant longtemps interdit aux étrangers. A la chute de l’Empire ottoman, le Palais devient un musée, et en 1985, il se retrouve inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Topkapi.jpg

11h00 - Sainte Sophie

En 532 et à la demande de l’empereur Justinien est érigée la basilique Sainte Sophie. Littéralement « Sainte Sagesse », celle-ci a été construite sur le site d’un ancien temple grec. Des piliers du temple d’Artémis, l’une des merveilles du monde antique, situé au sein de la ville d’Ephèse, ont été utilisés pour la construction de la basilique. D’aucuns considèrent cet édifice comme l’un des symboles de la grandeur architecturale de l’art byzantin. Tour à tour lieu de culte pour les chrétiens et les musulmans, Sainte Sophie, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985, est redevenue depuis le 10 juillet 2020 et sous l’impulsion de Recep Tayyip Erdogan, une mosquée.

12h00 - Mosquée Bleue

Entre 1609 et 1616, sous le règne du sultan Ahmet I, l’architecte Sedefhar Mehmet Aga a construit la Mosquée Bleue dans le but de créer un monument aussi beau, si ce n’est encore plus grandiose que Sainte Sophie. A travers cette construction, le sultan voulait remettre l’architecture ottomane sur le devant de la scène. Elle est considérée comme le dernier monument de forme classique et traditionnelle ottomane. Elle tire son nom de la faïence bleue d’Iznik qui la recouvre en très grande partie. Point de passage et de villégiature de nombreux pèlerins sur la route de la Mecque, la Mosquée Bleue est sans aucun doute la mosquée la plus célèbre d’Istanbul.

Quelques bonnes adresses

Que serait un séjour à Istanbul sans la découverte de la gastronomie turque ? Le quartier de Sultanahmet possède de nombreux restaurants de qualité. Rêves lointains vous propose quelques adresses qui sauront, nous en sommes persuadés, ravir vos papilles.

14h30 - Citerne basilique

La gestion de l’eau est un enjeu qui remonte à la nuit des temps, un défi à relever au fil des siècles. Istanbul ne fait pas exception à cette règle. Ce ne sont pas moins de 60 citernes qui ont été mises en place au sein de la capitale turque, mais la Citerne Basilique est assurément la plus remarquable d’entre elles. Construite au 6ème siècle par Justinien, dans le même temps que Sainte Sophie, celle-ci a tout d’abord été utilisée afin de prévenir les manques d’eau inhérents aux guerres, alors récurrentes. Alors que celle-ci a durant de longues décennies été laissée à l’abandon, ce n’est qu’en 1968 que la municipalité d’Istanbul a procédé à sa restauration et à sa réhabilitation. Ce ne sont pas moins de 138 mètres de long, 64 mètres de large, 336 colonnes et quelques 78000m³ d’eau qui vous attendent.

Citerne basilique.jpg

15h00 - Grand Bazar

En 1455 et sous les ordres du sultan Mehmet II a été construit le Grand Bazar à proximité immédiate de son palais. Sous Soliman le Magnifique, le Grand Bazar a considérablement été élargi, pour compter aujourd’hui près de 3000 boutiques, soit l’un des marchés couverts les plus grands du monde. Organisé en quartiers, celui-ci comprend de nombreux espaces spécifiques et dédiés à tout type d’artisanat : la tapisserie, le textile, la joaillerie… Il serait le lieu touristique le plus visité du monde avec quelques 400 000 visiteurs journaliers. Sur une surface de 40000 m² avec 18 entrées/sorties différentes, visiter le Grand Bazar sera pour vous l’occasion de vous confronter à un véritable dédale d’arômes et de senteurs, où il ne faut pas avoir peur de se perdre dans les allées, au gré de vos découvertes et des boutiques qui s’offrent à votre vue. Une chose essentielle : n’oubliez pas de vous armer de patience, de votre plus beau sourire et MARCHANDEZ !

18h30 - Hammam Cağaloğlu

Construit en 1741 sous les ordres de Mahmut I, il est l’un des plus beaux hammams de tout Istanbul. Les recettes tirées de son exploitation étaient initialement dédiées au financement de la bibliothèque de Sainte Sophie. Ce sera pour vous l’occasion de vous détendre après cette première journée au cœur de Sultanahmet. Quoi de mieux que de profiter de ce lieu hors du temps, où la frénésie stambouliote n’a pas de prise ? Profiter d’un moment unique, d’un véritable retour à l’époque ottomane et laisser vous emporter par ces décors envoûtants, où le marbre et le bois se côtoient avec beaucoup de délicatesse et de précision.

Jour 2

Pour cette deuxième journée de découverte de la capitale turque, vous irez d’Ortaköy jusqu’à Eminönü en passant par Besiktas.

9h00 - Mosquée d'Ortaköy

Construite sur les rives du Bosphore sous les ordres du sultan Abdülmecit I en 1855, la mosquée d’Ortaköy est inspirée de l’Opéra Garnier. Son architecte, Nigoğayos Baylan, après des études en France, a décidé de s’inspirer des codes architecturaux locaux pour sa construction. En misant sur un style néobaroque, ce dernier a intégré la mosquée dans la lignée directe des palais européens du 17ème siècle. Le charme de cette mosquée n’est pas seulement dû à ses extérieurs, mais aussi à ses intérieurs où se côtoient marbres et dorures, ainsi qu’à sa situation géographique de choix, loin du tumulte du centre historique, où vous serez invités au calme et à la détente.

10h00 - Palais du Dolmabahçe

La construction du Palais Dolmabahçe, littéralement « palais du jardin comblé », sous le règne d’Abdülmecit I entre 1843 et 1854, révèle la volonté des sultans turques de rompre avec un héritage architectural jugé comme dépassé, trop oriental. Le Palais de Topkapi, trop ancien, n’était plus à la hauteur de leurs attentes. Inspiré par la modernité et le luxe européen, le projet fut confié à Nigoğayos Baylan, dont les liens avec la France étaient particulièrement appréciés et le talent, reconnu. Plus grand palais de Turquie, le Dolmabahçe se compose de 285 pièces, 44 salles, 6 hammams… sur une surface de quelques 45000 m². De style occidental, l’usage d’éléments baroques, rococos ou encore néoclassiques s’est fait en harmonie avec l’art ottoman, donnant au palais un caractère unique particulièrement apprécié. Ce lieu est rempli d’histoire ; six sultans différents s’y intallèrent et y résidèrent jusqu’à l’abolition du khalifat en 1924 ; Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République de Turquie, s’est éteint dans une de ces salles en 1938.

12h00 - Mosquée du Dolmabahçe

L’impact visuel de la famille Baylan est colossal. Ils sont à l’origine de l’édification de nombreux monuments d’exception et la Mosquée Dolmabahçe ne fait pas exception. Réalisée par Sarkis Baylan et terminée en 1855 après deux années de chantier, celle-ci, dans la digne lignée des œuvres réalisées par son frère Nigoğayos, s’inscrit dans le dualisme entre orient et occident, où le monde ottoman et le monde européen se confrontent et se confondent dans un ensemble unique qui met en avant la mixité des cultures et des arts. Alors qu’elle ne fait pas partie du complexe voisin du Palais Dolmabahçe, elle est très rapidement désignée et présentée comme la Mosquée Dolmabahçe en raison de sa proximité immédiate avec le palais.

13h00 - Tour de Galata

En 1348 et alors qu’ils ont conclu des accords commerciaux avec les Byzantins, les Génois construisent la Tour de Galata afin de surveiller les flottes sur le Bosphore et de fortifier les positions acquises. Un siècle plus tard, le sultan Mehmet II reprend possession sur les territoires génois et utilise la tour comme point d’observation pour prévenir des incendies. La tour a fait office de prison, de poste astrologique… ses usages changèrent au gré des sultans. D’une hauteur de 68 mètres, sur une base de 35 mètres au-dessus du niveau de la mer, la Tour de Galata est restée, jusqu’à une époque récente, le plus haut édifice d’Istanbul. Depuis 1960, elle est ouverte au public. Un ascenseur, un restaurant ou encore une discothèque ont été construits au sein de la Tour afin de la rendre attractive pour les touristes, délaissant au passage une partie de son authenticité.

Quelques bonnes adresses

Pour profiter des meilleurs restaurants de ce quartier, il faudra vous éloigner quelque peu de la Tour de Galata et vous approcher du Pont de Galata sans vous y engouffrer, pour le moment.

15h00 - Mosquée Rüstem Pacha

Construite de 1560 à 1564 par l’architecte ottoman Sinan, la Mosquée Rüstem Pacha tient son nom du Grand vizir Rüstem Pacha, gendre du sultan Soliman le Magnifique, pour qui elle a été édifiée. Sa petite taille et la qualité de ses décorations en font l’un des chefs d’œuvre de l’art ottoman. Sa façade et son intérieur sont ornés de faïences bleues d’Iznik comme la Mosquée Bleue.

Après votre déjeuner, vous prendrez la route du Pont de Galata. Etendu sur la Corne d’Or, il jouit d’une atmosphère particulière très appréciée des badauds et des touristes. Le pont relie les quartiers de Sultanahmet et de Karaköy et répond au désir général de traverser de la Corne d’Or à pied. Ce sera l’occasion, avant de commencer vos visites de l’après-midi, de découvrir le mode de vie des pêcheurs locaux qui déchargent leur pêche tout au long de la journée et de la nuit, en se frayant un passage entre les hordes humaines qui traversent le Bosphore.

15h45 - Mosquée Suleymaniye

Construite de 1550 à 1557 pour Soliman le Magnifique, elle est l’œuvre de Sinan, l’architecte de la Mosquée Rüstem Pacha. Elle est dite « selatin ». Les mosquées selatin sont des édifices religieux composés de plusieurs minarets, édifiés par les sultans et leur famille. Cette mosquée est réputée comme l’un des plus belles et des mieux conservées d’Istanbul. Sinan a joué sur une multitude de détails pour rendre cette mosquée digne du sultan pour lequel elle a été construite. Ici, nous pouvons notamment faire référence à sa situation géographique, sur une colline qui domine la Corne d’Or et qui offre un point de vue qui vaut le détour.

16h45 - Marche aux Épices

Le marché aux épices, aussi appelé Bazar égyptien, a été construit par les Vénitiens au cours du 17ème siècle grâce à l’argent de l’impôt venant du Caire. Cet aspect explique la dénomination de ce lieu si emblématique de la capitale turque. La réalisation de ce bazar est a attribué à l’architecte Mustafa Aga sous les ordres de la sultane Hatice Turhan. Les commerçants vénitiens ont occupé durant près de deux siècles les commerces et les échoppes du bazar, avant que des marchands grecs, arméniens et musulmans ne s’y implantent à partir du 19ème siècle. A l’image du Grand Bazar, celui-ci se compose également de boutiques modernes et de certaines qui sont plus traditionnelles et où se vendent une multitude de produits. Mais les produits alimentaires restent l’essence même de ce lieu et constituent encore la très grande majorité des biens vendus. Une nouvelle fois, n’oubliez pas de vous armer de patience, de votre plus beau sourire et MARCHANDEZ !

Jour 3

9h00 - Parc de la colline des Pins et Mosquée de Camlica

Le parc de la colline des Pins est le point d’observation le plus haut de tout Istanbul. Situé dans le quartier d’Usküdar, il culmine à quelques 268 mètres d’altitude. Particulièrement arboré, une balade dans ce parc vous permettre, sans aucun doute, de profiter d’une vue des plus appréciables sur Istanbul, le Bosphore, la Mer Noire et les Iles aux Princes. Vous aurez également l’occasion de découvrir la Mosquée Camlica. Inaugurée en 2019, il s’agit de l’une de la plus grande mosquée du pays, dont les spécificités la rendent incroyable : une capacité d’accueil de 63000 fidèles, 6 minarets dont 4 atteignent les 107,1 mètres, une coupole de 34 mètres de diamètre, une galerie d’art, une bibliothèque, une salle de conférence… Le régime de Recep Tayyip Erdogan se dote avec cette mégamosquée d’une nouvelle Sainte Sophie, appelée à devenir l’un des lieux de culte de référence dans le pays.

11h00 - Palais du Beylerbeyi

Construit de 1861 à 1865 sous les ordres du sultan Abdulaziz par l’architecte Sarkis Baylan, il était dédié à l’accueil des chefs d’Etats, et servait de résidence d’été pour les sultans. Tout de marbre blanc et de pierre, il est de style architectural néo-baroque à la française. Entouré d’un superbe jardin en terrasses sur les bords du Bosphore, le palais est aujourd’hui un lieu privilégié pour la réalisation de réceptions diverses.

13h00 - Tour de Léandre

La Tour de Léandre, petit ilot situé sur le Bosphore entre les rives asiatique et européenne, a joué un rôle primordial durant de nombreux siècles. Elle servait tout d’abord à contrôler les navires perses circulant sur le Bosphore, pour ensuite être utilisée en tant que phare. Aujourd’hui, elle abrite un café/restaurant particulièrement prisé des voyageurs pour la vue offerte sur le détroit du Bosphore.

Il existe de nombreuses légendes en Turquie à propos de cette Tour. La plus répandue d’entre elles raconte qu’un oracle a prédit à un sultan que sa fille, le jour de son 18ème anniversaire, serait mordue à mort par un serpent. Pour éviter une telle catastrophe, le suzerain fit ériger la Tour de Léandre, pour la protéger jusqu’à ce que la menace soit écartée. Durant de longues années, seul le sultan rendit visite à sa fille. Le jour de son 18ème anniversaire, ce dernier apporte un panier de fruits exotiques à son enfant, panier au sein duquel était caché un serpent qui mordit la jeune princesse, ce qui entraîna sa mort dans les bras de son père. Cette prophétie contribua à donner le nom de la fille du sultan à cette tour : Léandre.

Il existe de nombreuses légendes sur la Tour, ce qui lui confère une forme de mysticisme encore aujourd’hui.

Quelques bonnes adresses

Après une matinée chargée en découvertes et en visites, vous vous rendrez dans le quartier de Kadiköy afin de vous restaurer.

14h30 - Visite du quartier de Kadiköy

Kadiköy, c’est le quartier en pleine expansion d’Istanbul. Situé sur la rive asiatique, il offre une qualité de vie des plus appréciables au sein de la capitale turque. Kadiköy, c’est surtout un riche marché, une culture artistique propre et une ouverture d’esprit très marquée. Laissez-vous simplement imprégner par l’effervescence ambiante : marchez le long du Bosphore à Moda, prenez un vieux tramway, baladez-vous dans le parc municipal, visitez le stade de Fenerbahçe, l’un des clubs les plus emblématiques de Turquie.